Accentuation phonétique en français : règles et activité

15 décembre 2010 par Philippe Mijon Laisser une réponse »

La prosodie regroupe les règles d’accent, de rythme, de mélodie, de débit et de pauses. Longtemps considérée comme accessoire, elle a peu été étudiée avant les années 60. Voici aujourd’hui une activité qui vise à faire découvrir aux étudiants FLE les règles de l’accentuation primaire et du rythme. Pour cela, revenons à quelques principes de bases.

L’unité rythmique pulsionnelle de base est la syllabe. En français, certaines d’entre elles sont mises en relief par une durée plus longue : elles sont environ deux fois plus longues que les autres. Le problème est que l’oreille distingue mal la durée et il est donc capital de sensibiliser les étudiants à ce phénomène. Cette accent est dit primaire car il est obligatoire (l’accent secondaire, ou accent de parole, est facultatif).

Le rythme est l’alternance de syllabes accentuées et non accentuées. Le français est une langue à accent fixe : celui-ci est situé à la fin de chaque groupe rythmique (en espagnol, l’accent est dit « libre » : c’est un accent lexical). Chaque mot perd son accent au profit de la dernière syllabe du groupe rythmique :

Mon pull / mon pull troué

En français, les groupes rythmiques sont très courts : dans leur immense majorité, ils sont constitués de 2, 3 ou 4 syllabes. Qu’est-ce qu’un groupe rythmique ? C’est là qu’est tout le problème car il ne peut être défini que de manière virtuelle : le groupe rythmique peut être suivi d’une pause sans nuire au sens. Il est donc constitué par des éléments qui forment sens (sémantique et accentuation sont étroitement liées). Dans :

Je vais manger du jambon de pays

Il y a 3 (ger/bon/i) ou 2 accents (ger/i), selon que le débit est plus ou moins rapide et que l’articulation est plus ou moins soignée.

L’activité que je vous propose aujourd’hui cherche à sensibiliser les étudiants à ces règles à partir de la chanson de Mickey 3D « Respire ».

Je serais heureux de pouvoir lire vos commentaires !

Activité FLE sur l’accentuation en phonétique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Publicité

10 commentaires

  1. Jennie dit :

    Bonjour Philippe,

    J’ai fait l’exercice sur la premiere strophe de la chanson, je ne trouve pas le meme decoupage rythmique que toi:

    Approche-toi/ petit/ écoute-moi/ gamin
    Je vais/ te raconter/ l’histoire/ de l’être humain
    Au début/ y avait rien/ au début/ c’était bien
    La nature avançait/ y avait pas de chemin
    Puis/ l’homme a débarqué/ avec ses gros souliers
    Des coups d’pieds/ dans la gueule/ pour se faire respecter
    Des routes à sens unique/ il s’est mis à tracer
    Les flèches/ dans la plaine/ se sont multipliées
    Et tous les éléments/ se sont vus maîtrisés
    En 2 temps/ 3 mouv’ments /l’histoire était pliée
    C’est pas demain/ la veille /qu’on fera/ marche arrière
    On a/ même commencé/ à polluer le désert
    Il faut /que tu respires/, et ça /c’est rien de le dire

    Jennie

  2. Philippe dit :

    En écoutant la chanson, qui « martèle » parfaitement les accents on distingue bien les groupes rythmiques tels qu’ils sont soulignés dans le corrigé de l’activité.
    Mais il ne faut pas oublier que la longueur des groupes rythmiques est à géométrie variable. Tout dépend du DÉBIT avec lequel on parle. Par exemple dans : « Des routes à sens unique il s’est mis à tracer », on pourra trouver :

    Des routes à sens unique/ il s’est mis à tracer
    Des routes/ à sens unique/ il s’est mis/ à tracer
    et même pourquoi pas :
    Des routes/ à sens unique/ il s’est mis à tracer
    Des routes à sens unique/ il s’est mis/ à tracer

    Il faut cependant se souvenir que l’immense majorité des groupes rythmiques en français font 3 ou 4 syllabes.
    Bien cordialement et si tu as d’autres questions, n’hésite pas ! 🙂

  3. Jennie dit :

    Merci Philippe.

  4. Christine dit :

    Bonjour Philippe,

    Je viens de tester votre activité avec une Roumaine, niveau C1 minimum, qui souhaite améliorer son accent (surtout les R) car elle en a assez qu’on lui fasse la remarque. Elle a fait l’exercice d’une manière assez facile, a fait quelques erreurs toutefois.

    Pourtant, elle place très bien ces syllabes accentuées lorsqu’elle parle, et ce d’une manière naturelle (elle vit et travaille en France depuis 15 ans).

    Je me pose alors cette question : est-il utile et nécessaire de commencer à faire des exercices sur la prosodie avec cette cliente plutôt que de travailler directement les voyelles et les consonnes (qui sont du reste toujours intégrés dans un schéma prosodique) ?

    Merci d’avance pour votre aide.

    Christine

    PS : En ce qui concerne l’activité, je trouve la chanson bien choisie car en effet, on entend très bien ces syllabes accentués, et elle fournit un bon support pour les élèves.

  5. Christine dit :

    J’ai oublié de préciser quelque chose : en fait, cette roumaine a une très bonne fluidité et presque pas d’accent mis à part un peu de difficultés sur les nasales et le « eu » de mieux par exemple, donc c’est la raison pour laquelle je me posais cette question quant à la procédure à suivre pour améliorer ses légers défauts.
    Merci !

  6. Bonjour Christine,
    Si la prosodie de votre étudiante est bien stabilisée, il est en effet peu intéressant de commencer vos activités avec elle par un travail des éléments supra-segmentiques. N’hésitez donc pas, dans ce cas, à travailler directement les phonèmes -toujours dans le cadre de la verbe-tonale, bien sûr, ce sera plus efficace, mais vous pouvez aussi renforcer à l’occasion avec un peu d’articulatoire (exercices de discrimination, etc.).
    Si j’insiste tellement souvent sur la prosodie, c’est que beaucoup de professeurs commencent par faire travailler les phonèmes du français alors que cela ne sert pas à grand chose si les éléments prosodiques de la langue ne sont pas stabilisés. Mais a priori cela n’est pas votre cas.
    Merci pour vos commentaires et content que l’activité sur la chanson vous ait plu !

  7. Gaymard dit :

    Bonjour,
    Ma question est probablement éloignée de vos préoccupations.
    Je suis tombé sur votre blog en cherchant si les syllabes muettes, comme par exemple les rimes féminines, étaient accentuées en français. Je cherche à traduire des poèmes en niçois. Le français étant pratiquement le descendant du niçois, il serait facile d’employer des mots proches du français,mais ce n’est pas satisfaisant car ils sont moins usités et d’autre part l’accent n’est pas à la même place donc cela change la musique du poème.
    P G

  8. Bonjour,
    Je ne suis en effet pas un spécialiste de la question !
    Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’une syllabe dont le coeur est un e caduc (ou muet) ne pourra pas être une syllabe accentuée. Si le e caduc en position finale est prononcé (cas de « l’accent du sud »), vous remarquerez que l’accent tonique est déplacé sur la syllabe pénultième et non sur la dernière syllabe (c’est à dire que la pénultième est légèrement plus longue que les autres).
    Désolé, je ne suis pas d’une grande aide !

  9. Paul dit :

    je vous remercie de votre réponse,
    je m’étais posé des questions à propos du premier post de cette page qui semble accentuer des e muets. De toute façon, l’occitan est généralement accentué sur la pénultième donc l’accent est resté à sa place.
    je me demande donc de manière anecdotique où avec l’accent du sud ils placent l’accent tonique dans « on a peur de dégun » lol.
    votre aide m’a été utile et je vous en remercie encore. je continue donc à rechercher des mots monosyllabiques pour les rimes masculines.
    P G

Laisser un commentaire